Petites scènes capitales - Sylvie Germain - Réseau des bibliothèques de la COPAMO
bratata
A+ A- A

logovide-150px

 

Réseau des bibliothèques de la COPAMO

Petites scènes capitales - Sylvie Germain

  • Imprimer
  • E-mail

petites scenes capitalesLors du rendez-vous "rencontres autour de nos lectures" à St Maurice-sur-Dargoire (Chabanière), le livre "Petites scènes capitales" de Sylvie Germain a été présenté.

Résumé : L’amour, ce mot ne finit pas de bégayer en elle, violent et incertain. Sa profondeur, sa vérité ne cessent de lui échapper, depuis l’enfance, depuis toujours, reculant chaque fois qu’elle croit l’approcher au plus près, au plus brûlant. L’amour, un mot hagard. » Pour cette rentrée littéraire 2013, l’avant Mai 68 puis sa traversée font irruption dans l’œuvre de Sylvie Germain. Comme une tapisserie de légende, les fils de l’intime et du tragique se tissent en Petites scènes capitales, qui du berceau jusqu’à la mort disent l’infini bonheur d’être au monde, fût-ce au prix de douleurs difficiles à endormir. L’élève de Levinas raconte Lili, ses parents, sa belle-mère, ses sœurs et frère par alliance, etc., guidée par ce qu’un autre disciple de Levinas – Alain Finkielkraut – dénomme La sagesse de l’amour. Telle celle d’une tragique grecque des temps modernes, sa plume inspirée conduit jusqu’à une magnifique catharsis.

"J'ai apprécié le style, la richesse du vocabulaire, la finesse des descriptions et des réflexions sur le sens profond de la vie, le temps qui passe, la mort....

Les chapitres sont courts et intenses, chacun à son importance pour reconstituer la vie de Lili et des siens, à coup de souvenirs d’enfance, d’adolescence et d’instantanés de vie familiale et enfin à un certain âge, un apaisement, une lumière nouvelle qui commence à sourdre à s’épancher, une douceur de vivre avec elle-même et ses proches" raconte une lectrice.